Nuisances sonores

 

Plus de 3 millions de salariés sont confrontés à des nuisances sonores. 13 % des travailleurs sont exposés à des intensités sonores supérieures à 85 dB(A).
Vouloir éliminer totalement le bruit de l’entreprise est illusoire, certains bruits sont d’ailleurs utiles (signaux d’alerte, contrôle  » à l’oreille  » du bon fonctionnement d’une machine). On recommande un niveau sonore de 55 dB pour le travail intellectuel et 75 dB pour les activités gestuelles.
Le port de protection individuelle est le dernier recours lorsqu’on n’a pas d’autre moyen à sa
disposition, mais ce doit être une solution d’attente. Dans ce cas, les salariés ont tout intérêt à porter ces protections plutôt que de laisser s’installer une surdité, dont ils seront les premières victimes.
En effet, la surdité peut entraîner un sentiment de frustration et engendrer un repli sur soi et/ou de l’agressivité.  » La personne sourde rend l’autre muette  » (Renard). Ce handicap est méconnu et sou estimé en France, il est souvent minimisé par l’entourage. On entend souvent dire  » il ne fait pas attention « ,  » il est sourd pour ce qu’il veut « … Pourtant, 7% de la
population française est atteinte d’une déficience auditive. Il faudrait faire un effort pour mieux les intégrer dans notre société en facilitant la lecture labiale (être bien en face de la personne et parler distinctement par phrases courtes) et pourquoi pas apprendre, dans nos écoles, la langue des signes française.

son

  • La nouvelle réglementation sur le bruit au travail correspond à une avancée significative : elle permet en effet d’intégrer cette préoccupation dans un programme plus vaste de prévention. Sa parution donne également un nouvel élan dans la politique de réduction des expositions sonores en milieu de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *